Enterobacteriaceae

Les principaux pathogènes hospitaliers de type Enterobacteriaceae (ou entérobactéries) regroupent les bactéries Escherichia coli, Klebsiella, Enterobacter, Proteus et Serratia. Ils sont impliqués dans 30% des infections nosocomiales dans l’UE et aux USA (Sources : ECDC, CDC). Les principales classes antibiotiques employées pour les traiter sont les céphalosporines, les aminoglycosides, les fluoroquinolones et les carbapénèmes. Or les taux de multirésistance de ces pathogènes à ces différentes classes ont atteint des seuils particulièrement inquiétants. Dans l’UE, 22% des souches de K. pneumoniae et 4% des souches d'E. coli présentent des résistances combinées aux céphalosporines, aminoglycosides et fluoroquinolones. En Grèce et en Italie, respectivement 68% et 27% des souches de ce même pathogène sont résistantes aux carbapénèmes, une classe d'antibiotiques considérée comme une classe de dernier recours (Source : ECDC). Dans l’UE, les souches d’E. coli et de K. pneumoniae résistantes aux céphalosporines tuent 8 000 personnes environ chaque année, soit un taux de mortalité de 15.5% alors que le taux de mortalité global des infections nosocomiales est de 0.9% (Source : ECDC/EMA).

Nosopharm | Multirésistance Klebsiella pneumoniae
Klebsiella pneumoniae : résistances combinées aux céphalosporines, aminoglycosides et fluoroquinolones dans l'UE en 2011 (Source : EARS-Net)

Il y a donc un besoin médical évident pour de nouvelles classes antibiotiques capables de surpasser les résistances actuelles et à venir des Enterobacteriaceae.